Minuit sonne !


 
AccueilPortailPublicationsMembresS'enregistrerConnexion

Le Forum de Minuit sur



Pour rejoindre des salons de discussions sur pc ou sur iphone.
Forum de Minuit
sur DiscordApp



https://discord.gg/f3hwHAu

La pratique de la MAGIE est DANGEREUSE.
LES RITUELS ET INVOCATIONS peuvent etre
lourds de conséquences. ATTENTION !
Notre forum est encyclopédique et n'est pas
expérimenté pour apporter une aide appropriée.


Sur Minuit, le Forum ABRACADABRA
n'aborde la MAGIE dans sa forme THEORIQUE.
-Les articles sont écrits et postés par des passionnés,
c'est à dire : Vous et moi.




Partagez | 
 

 Nicolas Flamel, Alchimiste

Aller en bas 
AuteurMessage
chantara
Founder & Team Manager
Founder & Team Manager
avatar

Nom : Agent Dana Scully
Messages : 18221
Date d'inscription : 09/05/2009
Age : 57
Localisation : entre ciel et terre

MessageSujet: Nicolas Flamel, Alchimiste    Dim 19 Fév 2012 - 17:45

Nicolas Flamel (vers 1330 ou 1340, peut-être à Pontoise – 1418 à Paris), est un bourgeois parisien du XIVe siècle, écrivain public, copiste et libraire-juré. Sa carrière prospère, son mariage avec une veuve ayant du bien, et ses spéculations immobilières lui assurèrent une fortune confortable, qu'il consacra, à la fin de sa vie, à des fondations et constructions pieuses. Cette fortune, que la rumeur amplifia, est à l'origine du mythe qui fit de lui un alchimiste ayant réussi dans la quête de la Pierre philosophale permettant de transmuter les métaux en or. À cause de cette réputation, plusieurs traités alchimiques lui furent attribués, de la fin du XVe siècle au XVIIe siècle, le plus célèbre étant Le Livre des figures hiéroglyphiques paru en 1612. Ainsi, « le plus populaire des alchimistes français ne fit jamais d'alchimie ».


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Cité dans Harry Potter, le personnage est réel. Le mythe de Nicolas Flamel alchimiste est le résultat de plusieurs phénomènes de la tradition alchimique. Tout d'abord, à partir du XVe siècle, la croyance en l'origine alchimique de certaines fortunes bourgeoises du Moyen Âge. De nombreux livres lui sont attribués à tord ou a raison :

Livre Des Figures Hiéroglyphiques'
Le Livre des Laveures
Le livre des Figures
Le bréviaire
et bien d'autres...


Il aurait fait, dans sa jeunesse, un rêve étrange au cours duquel un ange lui montrait un livre extraordinaire. Il aurait ensuite découvert dans la réalité cet ouvrage, de trois fois sept feuillets, contenant des gravures et des textes alchimiques et signé «Abraham le Juif». Nicolas Flamel épousa ensuite dame Pernelle, compagne non seulement de sa vie mais aussi de ses recherches hermétiques ; les deux époux représentent sans doute le plus célèbre couple d’alchimistes en Occident.

Pendant des années, ils essaient de déchiffrer le précieux volume ; comme ils n’y parviennent pas, Nicolas Flamel décide de faire le pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle, où il rencontre un certain maître Canches, savant juif converti qui lui fournit des clefs d’interprétation. Dès lors, toujours selon la légende, la fortune de Nicolas Flamel serait, grâce à l’alchimie, devenue énorme : outre la création de nombreuses fondations charitables, on lui attribue la reconstruction de l’église Saint Jacques la Boucherie - dont il reste l’actuelle tour Saint Jacques - et l’édification de deux "arcades" symboliques au charnier des Innocents, également à Paris."


Pour voir son testament et un extrait de Le bréviaire :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://geneaucorinne.wixsite.com/monsite
Triskel
Retraité
Retraité
avatar

Messages : 9217
Date d'inscription : 23/02/2012
Localisation : Avalon

MessageSujet: Re: Nicolas Flamel, Alchimiste    Lun 14 Mai 2012 - 14:53

Un petit complément:

Voici comme il raconte lui-même la découverte ce de fameux livre dans son ouvrage : " explication des figures hiéroglyphiques " :

<< Donc moi Nicolas Flamel , écrivain public ainsi qu'après le décès de mes parents , je gagnais ma vie en notre art d'écriture , faisant des inventaires , dressant des comptes et arrêtant les dépenses des tuteurs des mineurs , il me tomba entre les mains , pour la somme de deux Florins , un livre doré, fort vieux et beaucoup large ; Il n'était pas en papier ni en parchemin comme le sont les autres mais seulement il était fait de déliées et écorces ( comme il me semblait ) de tendres arbrisseaux .
Sa couverture était de cuivre bien délié, toute gravée de lettres et figures étranges et tant qu'a moi je crois qu'elles pouvaient être des caractères Grecs ou d'autres semblables langues anciennes. Tant y a que je ne savais pas les lire et que je sais bien qu'elles n'étaient pas notes ou lettres latines ou Gauloises car nous nous y entendons un peu.
Quand au-dedans, ses feuilles d'écorce étaient gravées et d'une très grande industrie, écrites avec une pointe de fer en belles et très nettes lettres Latines colorées. Il contenait trois fois sept feuillets, car ceux ci étaient ainsi comptés au haut du feuillet le septième desquels étaient toujours sans écriture au lieu de laquelle il y avait peint une verge et des serpents s'engloutissant ; Au second septième, une croix ou un serpent était crucifié ; Au dernier septième était peints des déserts au milieu desquels coulaient plusieurs belles fontaines dont sortaient plusieurs serpents qui couraient par-ci et par-là.
Après cela il était rempli de grandes exécrations et malédictions (avec ce mot MARANATHA qui était souvent répété), contre toutes personnes qui jetteraient les yeux sur icelui s’il n'était sacrificateur ou scribe. >>

De son propre aveu Nicolas Flamel n'y compris pas grand-chose. Le premier feuillet contenait seulement le titre qui vient d'être cité, le second était occupé par une adresse aux Israélites, enfin avait trait a la transmutation métallique suggérée comme le moyen de payer le tribut prélevé par les empereurs Romains.
Le texte relatif a la fabrication de la pierre philosophale était relativement clair mais ne faisait nulle mention a la matière première qu'il fallait utiliser comme il est de tradition dans toutes les œuvres hermétiques , cette matière première devait découler de la compréhension des quatrièmes et cinquièmes feuillets qui étaient uniquement occupés par de très belles figures enluminées sans aucuns textes écrits ..
Flamel précise que ces figures, montraient bien la matière à employer mais, qu'il fallait déjà être expert en art alchimique pour arriver à comprendre et il reconnait qu'il fut lui même a l'époque incapable d'en tirer quelque chose.
Flamel ajoute : Quand au beau et intelligible texte en Latin je n'en parlerai pas car Dieu me punirait, d'autant que je commettrais plus de méchanceté que celui qui désirait que tous les hommes du monde n'eussent qu'une tête pour qu'il la pût couper d'un seul coup.

Flamel en possession de son ouvrage et du fait du rêve persuadé qu'il lui était destiné se mit a étudier textes et figures pendant des mois et peut être même des années, sans aucun progrès. Une différence cependant : Dame Perrenelle qui avait compris que son mari cachait un genre de secret avait été associé par son époux a la recherche et elle l'avait vivement encouragé Elle restait muette vis a vis des voisins.
Ainsi aidé par sa femme et, croyait-il, inspiré par Dieu, Flamel cherchait mais en vain.En plus étant donné que le pape de l'époque Jean XXII avait fulminé une bulle nommée " spondent pariter " qui menaçait les alchimistes de tous les maux possibles (Il faut savoir que ce pape Jean XXII, était de notoriété publique alchimiste et laissa a sa mort une fortune que toute sa cour savait d'origine alchimique (on lui attribue également la paternité d'un traité nommé : " Ars transmutatoria").
Nicolas n'osait pas trop en parler aux lettrés et érudits qu'il rencontrait dans le cadre de son métier. Il faut dire que Nicolas Flamel par son étude assidue du livre d'Abraham le Juif avait complètement saisi le principe le (modus operandi) mais ce qui c'était toujours dérobé a ses recherches c'est la nature de la matière première et malgré ses prières l'ange qu'il avait vu et qui lui avait fait voir son futur ne se manifestait plus.
Enfin l'inspiration "peut être divine " vint et Nicolas décida de partir muni d'une copie de son livre dans un pays ou il pourrait rencontrer des savants membres de la nation d'Abraham le Juif. Il y avait plusieurs synagogues célèbres en Espagne particulièrement dans la région de " Saint Jacques de Compostelle ". Tout naturellement Nicolas annonça donc qu'il allait y partir en pèlerinage.

Voici Flamel enfin en possession de la science qui lui manquait et particulièrement de celle de la matière première qui reprend alors son ouvrage et mettra encore trois années avant de le parfaire.
Nicolas Flamel: << Finalement je trouvais ce que je désirais et le reconnu par la senteur forte. Ayant cela j'accomplis aisément le magistère car je savais aussi la préparation des premiers agents suivant après mon livre à la lettre.Je n'eusse pu faillir, encore que je l'eusse voulu.>>
Il continue disant: << Donc la première fois que je fis la projection ce fut sur du mercure, dont je j'en convertis une demi livre environ en pur argent, meilleur que celui de la minière, comme j'ai essayé et fait essayer en plusieurs fois.

Ce fut le 17 Janvier, un Lundi, environ midi, dans ma maison, présente : Perrenelle seule l'an de la restitution de l'humain lignage 1382 ...
« Et puis après, suivant toujours au mot à mot mon livre, je fis avec la "pierre rouge" sur semblable quantité de mercure en présence encore de Perrenelle, seule en la même maison le vingt cinquième jour d'Avril suivant de la même année sur les cinq heures du soir. Je transmuai véritablement en autant de pur or meilleur certainement que l'or commun plus doux et plus ployable »...
Je peux le dire avec vérité. Je l'ai parfaite trois fois avec l'aide de Perrenelle, qui l'entendait aussi bien que moi pour m'avoir aidé aux opérations et sans doutes, si elle eut voulu entreprendre de la faire seule elle en serait venue à bout ... »

Cette même année 1382, vit débuter la fortune matérielle de Flamel. En l'espace de quelques mois, il devint propriétaire à Paris seulement, de plus de trente maisons, ou domaines et puis il fit construire plusieurs chapelles et hôpitaux. Par ailleurs il fit relever le portail de l'église "sainte Geneviève des ardents " et consentit une considérable dotation a l'établissement des "Quinze-vingt" qui, organisa jusqu'en 1789, chaque années une procession à l'église Saint Jacques de la boucherie afin de prier pour Nicolas dans sa propre paroisse.
On a retrouvé pas moins de quarante actes dûment établis et faisant état des dons considérables que le petit écrivain public lui avait fait. Il fit élever de nombreuses constructions au charnier des innocents qui était alors un cimetière très a la mode puis qu'il était aussi un lieu de promenade très recherché ou les rendez vous galants se succédaient. L'énorme statue de la mort qui dominait l'ensemble du cimetière ne faisait plus peur à personne. Flamel fit peindre sur la quatrième arche du charnier des innocents des figures hiéroglyphiques qui ornaient son livre d'Abraham le Juif
Plusieurs de ces édifices portaient gravés dans la pierre, un portrait de Nicolas Flamel on le voyait tenir en main une écritoire et certains de ces portraits on survécus jusqu'au XIXème siècle.
Le soudain enrichissement de Nicolas ne passa pas inaperçu et malgré toutes les précautions qu'il avait prises la connaissance de sa fortune parvint jusqu'aux oreilles du Roi "Charles VI" (cela démontre que l'histoire de Flamel paraissait fabuleuse à ses contemporains) Car une enquête fut ordonnée par le Roi et il envoya son maitre des requêtes "le Seigneur de Cramoisy " chez Flamel. Le Sire de Cramoisy trouva Flamel dans l'humilité se servant même selon ses dires de vaisselle de terre. Pourtant on sait par la tradition que Flamel lui dit la vérité car il le trouva honnête homme et il lui donnât même un matras remplis de poudre de projection (on dit que ce matras fut conservé très longtemps dans la famille du Sire de Cramoisy). Ce maitre des requêtes du Roi prit pour parti de protéger Flamel.
La vie de Nicolas ne se modifia guère il continua ses occupations menant une vie à peine bourgeoise avec Perrenelle jusqu'a sa mort aux alentours de l'an 1400. Elle fut inhumée au cimetière des innocents.
Nicolas Flamel poursuivit tranquillement son existence jusqu'a ses "quatre vingt ans ". Flamel mourut en 1418 sans avoir cessé d'accroitre sa renommée et sa fortune.
Il acheta même le lieu de sa sépulture dans l'église Saint Jacques de la boucherie (témoin son testament ou il léguait la quasi totalité de ses biens a cette église car il n'avait pas d'héritiers).



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://triskele.eklablog.com/accueil-c23918892
Arwen
Community Manager
Community Manager
avatar

Nom : Agent Monica Reyes
Messages : 5381
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 1265
Localisation : Dans une chaumière au fond des bois, près d'un ruisseau ...

MessageSujet: Re: Nicolas Flamel, Alchimiste    Lun 14 Mai 2012 - 16:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



L’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie est une ancienne [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] fondée au XIIe siècle. Elle était érigée au cœur du quartier de la Grande Boucherie, qui lui donna son nom en 1259 pour la différencier de l'[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] sur la rive gauche. Elle est citée par la Chronique de Turpin comme ayant été fondée par Charlemagne, ce que les historiens n'ont jamais pu confirmer. Elle possédait plusieurs reliques de saint Jacques le Majeur et était un lieu de pèlerinage. En 1406, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] autorisa les bouchers à fonder dans leur chapelle au sein de l'église, une confrérie en l'honneur de la nativité du Christ. Elle fut consacrée par l'évêque de Turin le 24 mars 1414.

Elle fut agrandie au XIVe siècle et au XVIe siècle. En [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] débuta la construction d'un nouveau clocher dans le style gothique dit flamboyant, qui s’acheva en [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Elle fut, jusqu'en 1762, un lieu très fréquent de sépulture, avant que les corps des défunts ne soient enterrés dans le proche [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Y ont été enterrés entre autres [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].



Pernelle, sa femme, à genoux, à droite.

Nicolas, à gauche, à genoux.

Coquille St-Jacques de part et d'autre de la Vierge. (Wikipedia)

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://histoiressansfin.forumzen.com/portal.htm
chantara
Founder & Team Manager
Founder & Team Manager
avatar

Nom : Agent Dana Scully
Messages : 18221
Date d'inscription : 09/05/2009
Age : 57
Localisation : entre ciel et terre

MessageSujet: Re: Nicolas Flamel, Alchimiste    Lun 27 Avr 2015 - 7:05

Nicolas Flamel, sa pierre tombale

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il mourut le 22 mars 1418, et fut enterré à l’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie où sa pierre tombale fut installée sur un pilier au-dessous d'une image de la Vierge. L’église fut détruite à la fin de la période révolutionnaire, vers 1797. La pierre tombale fut cependant conservée, et rachetée par un antiquaire à une marchande de fruits et légumes de la rue Saint-Jacques de la Boucherie, qui l’utilisait comme étal pour ses épinards25. Rachetée en 1839 par l'hôtel de ville de Paris, elle se trouve actuellement au musée de Cluny26 : « Feu Nicolas Flamel, jadis écrivain, a laissé par son testament à l'œuvre de cette église certaines rentes et maisons, qu'il avait fait acquises et achetées à son vivant, pour faire certain service divin et distributions d'argent chaque an par aumônes touchant les Quinze Vingt, l'Hôtel Dieu et autres églises et hospitaux de Paris. Soit prié ici pour les trépassés. »t 3

Le nombre et le caractère ostentatoire de ses fondations pieuses, en fait relativement modestes, et l'accumulation dans son testament (conservé aujourd'hui à la Bibliothèque nationale)27 de legs de montants peu importants ont probablement contribué à amplifier l'importance de sa fortune dans la mémoire de l'époque28. Peu après sa mort, Guillebert de Mets dans sa Description de la ville de Paris (1434) parle de Flamel comme l'« escripvain qui faisoit tant d'aumosnes et d'hospitalitez et fit plusieurs maisons ou gens de mestiers demouroient en bas et du loyer qu'ils paioent, estoient soutenus povres laboureurs en haut ». Et dès 1463, lors d'un procès concernant sa succession, un témoin disait déjà que « [Flamel] estoit en renom d'estre plus riche de moitié qu'il n'estoit »28. C'est dans ce contexte qu'apparut la rumeur qu'il avait dû sa richesse à la découverte de la Pierre Philosophale des alchimistes, capable de transformer les métaux en or.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://geneaucorinne.wixsite.com/monsite
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nicolas Flamel, Alchimiste    

Revenir en haut Aller en bas
 
Nicolas Flamel, Alchimiste
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un alchimiste à PAris : Nicolas Flamel
» Nicolas Flamel et la pierre philosophale
» Pierre philosophale , Nicolas Flamel & le livre dres hiéroglyphes
» Nicolas Flamel
» Nicolas Flamel : le livre des figures hiéroglyphiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Minuit sonne ! :: TOP SECRET - Les Hommes :: PERSONNAGES CELEBRES DE L'OCCULTE/SCIENCES/SF-
Sauter vers: