Minuit sonne !


 
AccueilPortailPublicationsMembresS'enregistrerConnexion

Le Forum de Minuit sur



Pour rejoindre des salons de discussions sur pc ou sur iphone.
Forum de Minuit
sur DiscordApp



https://discord.gg/f3hwHAu

La pratique de la MAGIE est DANGEREUSE.
LES RITUELS ET INVOCATIONS peuvent etre
lourds de conséquences. ATTENTION !
Notre forum est encyclopédique et n'est pas
expérimenté pour apporter une aide appropriée.


Sur Minuit, le Forum ABRACADABRA
n'aborde la MAGIE dans sa forme THEORIQUE.
-Les articles sont écrits et postés par des passionnés,
c'est à dire : Vous et moi.




Partagez | 
 

 NATASCHA KAMPUSCH, HUIT ANS DE CAPTIVITÉ

Aller en bas 
AuteurMessage
Okcoral
Modérateur Général
Modérateur Général
avatar

Messages : 1066
Date d'inscription : 30/05/2009

MessageSujet: NATASCHA KAMPUSCH, HUIT ANS DE CAPTIVITÉ    Jeu 30 Aoû 2018 - 22:26


Chaine youtube : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Natascha Kampusch a quitté la résidence de sa famille dans la zone de Donaustadt à Vienne le 2 mars 1998 pour aller à l'école, mais elle n'y est jamais arrivée. Un témoin a rapporté l'avoir vue entrer dans un minibus blanc avec les fenêtres arrières et latérales foncées, et deux autres témoins ont rapporté les lettres G ou GF (pour Gänserndorf) sur la plaque d'immatriculation. Un témoin, âgé de 12 ans, a déclaré avoir vu Natascha monter de force dans le minibus blanc, avec une autre personne au volant. Natascha Kampusch, cependant, ne rapporte pas la présence d'un deuxième complice bien qu'elle signale dans son autobiographie que son ravisseur ait au début accusé « d'autres personnes » de lui avoir commandé le rapt.

Une recherche massive s'en est suivie, sans aucun succès. 776 fourgonnettes ont été examinées y compris celle du ravisseur. Přiklopil, qui habitait dans Strasshof an der Nordbahn en Basse Autriche, près de Gänserndorf, à environ une demi-heure de Vienne en voiture, a été entendu alors dans le cadre d'un vaste interrogatoire des propriétaires de minibus blancs. Bien qu'il ait déclaré que le matin du 2 mars 1998 il était seul à la maison, aucune recherche supplémentaire n'a été entreprise. La police a été satisfaite de son explication de sa raison de la possession du minibus afin de transporter des matériaux de chantier de construction, puisque Přiklopil effectuait des travaux de construction dans sa maison. En outre, il n'avait aucun casier judiciaire à ce moment-là.

Les enquêteurs avaient étudié des liens possibles avec les crimes du tueur en série français Michel Fourniret.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Okcoral
Modérateur Général
Modérateur Général
avatar

Messages : 1066
Date d'inscription : 30/05/2009

MessageSujet: Re: NATASCHA KAMPUSCH, HUIT ANS DE CAPTIVITÉ    Jeu 30 Aoû 2018 - 22:26

Natascha Kampusch a été retenue prisonnière par son ravisseur dans une cache sans lumière naturelle, aménagée sommairement dans le sous-sol de l'habitation, et qui avait construite dans les années 1960 par le père de Přiklopil afin d'en faire un abri antiatomique. Cette pièce était située à 2,5 mètres sous le sol et avait 2,78 mètres de longueur par 1,81 mètre de largeur et 2,37 mètres de haut — 5 mètres carrés seulement au total.

Il ne s’agissait pas d’une chambre à coucher ordinaire : la pièce était complètement fermée, avec deux portes, dont une en acier, doublée de béton, quasiment indestructible, et aucune fenêtre. La porte d’entrée était cachée à l’intérieur d’une armoire dans le garage de Přiklopil. Pendant à peu près 2 ans de sa captivité, Přiklopil ne lui permettait jamais de sortir de la cache, même la nuit. Elle a passé par la suite une plus grande partie de son temps dans d’autres pièces de la maison, même si elle était toutefois obligée d’y passer la plupart des nuits durant sa captivité.

Après son évasion, la police autrichienne a découvert, à l’intérieur de la cache, une échelle rejoignant un lit au sol, ainsi que plusieurs meubles dont des commodes, une étagère, un bureau avec chaise et une télévision. Ces équipements ont été construits progressivement par Přiklopil à la demande de Kampusch.

Les premiers mois, sa cellule était quasiment non meublée, elle dormait sur un matelas de plage. Son ravisseur avait installé un ventilateur pour assurer que l’air s’y renouvelle constamment. L'appareil qui produisait un bruit permanent n'empêchait pas l'air d'être humide comme dans une cave.

Il y avait aussi bien des feuilles de papier, des vêtements, des livres, des jeux et des bouteilles d’eau dans la pièce.

À partir de juin 2005, Přiklopil permettait à Kampusch de se promener dans le jardin de temps en temps.

Dès le 17 février 2006, après lui avoir rappelé sa menace de la tuer à la moindre incartade, son ravisseur lui a même permis de sortir de chez lui à de rares occasions. Il l’a ainsi emmenée à Vienne, notamment comme esclave de travail pour l'aider à la rénovation d'un appartement.

Dans sa volonté de vouloir constituer une sorte de ménage « normal », il l'a également forcée à faire du ski (Natascha Kampusch raconte qu'elle a été battue car elle avait refusé d'accompagner son ravisseur), mais elle n’a pas pu s’évader. Pour des raisons inconnues, elle a démenti avoir participé à cette excursion lors des premiers entretiens avec les policiers après son évasion.

D’après son autobiographie, Natascha Kampusch préparait souvent le petit déjeuner de son ravisseur, sans avoir le droit d'y prendre part. Pour sa part, lorsqu'elle n'était pas « punie », elle disposait d'une tranche de cake ou de deux cuillerées de céréales.

La plupart du temps à sa demande, Přiklopil lui a donné des livres — elle s'est donc forgé une éducation rudimentaire. À partir du moment où elle a pu obtenir une radio, elle y suivait assidûment les émissions culturelles ou de formation. C'est ainsi qu'elle a pu apprendre des notions d'anglais. Elle avait également obtenu de Přiklopil qu'il lui fasse faire des devoirs. Dans son autobiographie, elle explique qu'il s'agissait à la fois de se préparer à son évasion dont elle n'a jamais entièrement douté, mais aussi d'une stratégie pour placer son ravisseur dans une situation psychique de prise en charge.

À l'occasion d'une interview, Natascha Kampusch a expliqué qu’elle n’avait pas l’impression d’avoir gâché sa vie dans cette captivité et a déclaré : « Je me suis abstenue de plein de trucs. Je n’ai pas commencé à fumer ni à boire et je n’ai pas côtoyé les gens mauvais. » Mais elle a également ajouté : « L’idée me venait constamment que je n'étais pas née pour être enfermée toute ma vie… vous avez vu à la télévision la taille de la cache. C’était un endroit de désespoir. »

Elle a également accusé son ravisseur de violence physique. Ce dernier souhaitait être appelé « Maître » et qu'elle s'agenouille devant lui, deux postures qu'elle a constamment refusé d'adopter. En conséquence, Přiklopil la battait sévèrement et la privait de nourriture. D'une façon générale son ravisseur la maintenait dans un état de sous-nutrition permanent, à certains moments elle pesait 38 kg pour une taille de 1,57 m.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Okcoral
Modérateur Général
Modérateur Général
avatar

Messages : 1066
Date d'inscription : 30/05/2009

MessageSujet: Re: NATASCHA KAMPUSCH, HUIT ANS DE CAPTIVITÉ    Jeu 30 Aoû 2018 - 22:27

Natascha Kampusch est réapparue le 23 août 2006. Après divers échecs, elle trouve un jour la force mentale et physique pour s’évader.

Elle était en train de nettoyer la BMW 850i de son ravisseur dans le jardin de son domicile, lorsqu'à 12 h 53, Přiklopil reçu un appel sur son téléphone portable. Il s'éloigna du véhicule quelques instants à cause du bruit de l’aspirateur que Kampusch était en train de passer. Il semble que son ravisseur ne s’en soit rendu compte qu’après la fin de l’appel téléphonique. Environ cinq minutes après, elle a frappé à la fenêtre d’une voisine de 71 ans en disant « je suis Natascha Kampusch ». La voisine refuse de lui ouvrir mais appelle la police, dont des agents sont arrivés sur place à 13 h 04. Kampusch a par la suite été amenée au commissariat de police de la ville de Deutsch-Wagram.

Natascha Kampusch a été formellement identifiée grâce à une cicatrice sur son corps, à son passeport — retrouvé dans la cache du domicile de Přiklopil — ainsi que des tests d'ADN. La jeune femme était apparemment en bon état physique à l’exception d’un teint pâle et un poids de seulement 38 kg.

La première policière à s’adresser à la jeune victime après son évasion s’est dite étonnée par l’« intelligence » et le « vocabulaire » de la jeune femme. Après deux ans de captivité, son ravisseur lui avait acheté des livres, des journaux et une radio à des fins éducatives. Přiklopil, sachant qu’il était recherché par la police, s’est suicidé en se jetant sous un train de banlieue près de la gare de Praterstern (de) à Vienne. Il avait apparemment prévenu Natascha Kampusch de son suicide en lui disant : « On ne m'attrapera jamais vivant ». Dans son autobiographie, Kampusch écrit avoir déclaré à son ravisseur quelques mois avant son évasion que l'un d'entre eux ne sortirait pas vivant de la situation créée.

Dans sa déclaration officielle devant la presse, Natascha Kampusch a dit : « Je n’ai pas envie de répondre à des questions sur des détails personnels ou intimes ».

La presse autrichienne a spéc*é sur la possibilité que Natascha Kampusch souffre du syndrome de Stockholm à la suite de sa captivité. Elle a indiqué qu’elle était attristée par la mort de son ravisseur, en dépit du fait que celui-ci l’avait retenue prisonnière pendant huit ans. Selon la police, elle aurait même allumé une bougie dédiée à sa mémoire à la morgue. Elle a néanmoins démenti l’idée du syndrome et a décrit son ravisseur comme « criminel ». Dans son autobiographie elle explique pourquoi le syndrome ne s'applique pas à son cas. Elle décrit la relation qu'elle a eue avec Přiklopil, comment elle a dû accepter certains compromis tout en protégeant son moi intérieur. Elle explique la nécessité devant laquelle elle s'est trouvée de pardonner certains des actes de son ravisseur.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
chantara
Founder & Team Manager
Founder & Team Manager
avatar

Nom : Agent Dana Scully
Messages : 18087
Date d'inscription : 09/05/2009
Age : 57
Localisation : entre ciel et terre

MessageSujet: Re: NATASCHA KAMPUSCH, HUIT ANS DE CAPTIVITÉ    Jeu 30 Aoû 2018 - 22:45

Affaire étonnante dont je me rappelle très bien.
La pauvre, je n imagine pas être privée de ma liberté pendant tant d années.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://geneaucorinne.wixsite.com/monsite
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: NATASCHA KAMPUSCH, HUIT ANS DE CAPTIVITÉ    

Revenir en haut Aller en bas
 
NATASCHA KAMPUSCH, HUIT ANS DE CAPTIVITÉ
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les huit marches vers le bonheur de Bhante Henepola Gunaratana
» Sept à Huit aujourd'hui ( sur TF1 )
» Sept à huit, ce soir à 18 h 50 sur tf1
» Les huit objets de bon augure
» Canada : les éléphants en captivité leur laisse des séquelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Minuit sonne ! :: FAITS DIVERS - La Société :: LE CIMETIERE DES iNNOCENTS-
Sauter vers: