Forum de Minuit
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum de Minuit

forum encyclopédique sur le paranormal
 
AccueilPortailPublicationsS'enregistrerConnexion




Votre forum d'informations
paranormales
Minuit recherche des volontaires qui pratiquent
les régressions dans les vies antérieures, les
Sorties Hors du Corps et le
"Shifting-réalities" .

Inscrivez vous et indiquez votre volontariat dans
votre présentation pour rejoindre le groupe d 'étude
et participer activement à mes recherches sur les
frontières de la conscience.


Commandez dès a présent le TOME 1 et 2
en attendant la sortie octobre 2021 du tome 3
VOLONTAIRES DU GROUPE
D'ETUDE DES E.M.C.


chantara
Okcoral
simple Demoiselle
Marko1968
Astyann
Guillaume_D
Oracle bleu
raiden
Manelle
Flavouw



A commander à LA FNAC
et tres bientôt le Tome 2 sur vos sites préférés

 

 Affaire roswell

Aller en bas 
AuteurMessage
chantara
Founder & Team Manager
Founder & Team Manager
chantara

Nom : Agent Dana Scully
Messages : 20512
Date d'inscription : 09/05/2009
Age : 59
Localisation : entre ciel et terre

Affaire roswell  Empty
MessageSujet: Affaire roswell    Affaire roswell  Icon_minitimeDim 21 Fév 2021 - 12:20

L’affaire de Roswell concerne l'écrasement au sol, près de Roswell au Nouveau-Mexique (États-Unis), le 4 juillet 19471, de ce qui est présenté, selon les versions, comme un ballon-sonde ou comme un objet volant non identifié (ovni). Pour les principales associations d'ufologues, cet événement est l'un des éléments les plus probants de la visite de la Terre par une civilisation extraterrestre avancée. Pour les autorités militaires et les ufologues sceptiques, il s'agit seulement d'un mythe moderne maintenu par les mécanismes sociopsychologiques habituels de ce type de phénomènes.

Le gouvernement américain explique l'incident par l'écrasement d'un ballon-sonde ultrasecret (Mogul) destiné à espionner les expériences nucléaires militaires soviétiques (premier essai nucléaire en août 1949). Les partisans de la thèse extraterrestre soutiennent que l'épave retrouvée est celle d'un ovni extraterrestre, récupéré et dissimulé par les militaires.

En raison des nombreux témoignages soutenant l'hypothèse extraterrestre à Roswell, l'écrasement et la récupération supposés d'un ovni ont depuis évolué en phénomène de culture populaire hypermédiatisé. Roswell est devenu l'une des plus célèbres manifestations supposées d'extraterrestres.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Description


Le 8 juillet 1947, William « Mac » Brazel, propriétaire d'un ranch dans une zone désertique et peu accessible près de Roswell, découvre des débris éparpillés sur ses terres sur environ 80 m de large et 1 km de long. Comme beaucoup d'habitants dans le secteur, Brazel avait déjà récupéré des débris de ballons météo. Intrigué par l'aspect des matériaux, il décide de les montrer à ses plus proches voisins situés à plusieurs kilomètres de là, la famille Proctor. Ceux-ci lui conseillent alors de contacter le shérif de Roswell, lequel juge opportun d'avertir la base militaire la plus proche. Le lieutenant Walter Haut, porte-parole du Roswell Army Air Field (RAAF), fait alors un premier communiqué de presse à la demande du colonel William Blanchard, commandant de la base de Roswell, annonçant qu'ils ont récupéré un disque volant (flying disc) écrasé près d'un ranch à Roswell. Le lendemain, le brigadier général Ramey de la base de Fort Worth, où ont été transportés les débris par avion pour examen, publie un rectificatif annonçant que le disque volant était seulement un ballon-sonde2. Une conférence de presse est organisée dans la foulée, où l'on montre aux journalistes des débris facilement identifiables de l'objet qui s'est écrasé, confirmant ainsi officiellement la thèse du ballon.

En 1978, le lieutenant-colonel en retraite Jesse Marcel, qui était arrivé le premier sur les lieux et s'était occupé de la récupération des premiers débris en tant que responsable de la sécurité de la base de bombardiers atomiques, déclare à l'ufologue Stanton Friedman venu l'interviewer puis à la télévision que ces débris étaient sûrement d'origine extraterrestre. Il ajoute que les débris montrés par le général Ramey, responsable de la base, aux journalistes n'étaient pas ceux que Marcel lui avait apportés de Roswell. Il fait part de sa conviction selon laquelle les militaires avaient en réalité caché la découverte d'un vaisseau spatial. Son histoire, qui circulera d'abord dans le milieu des ufologues, est à l'origine de plusieurs enquêtes et de livres évoquant une politique du secret imposée par les autorités militaires. En février 1980, le The National Enquirer interviewa le major Marcel, attirant l'attention mondiale sur l'incident de Roswell.

Traces matérielles
L'historique suivant reconstruit, à partir de journaux et de télex de l'époque, le déroulement supposé des événements survenus à Roswell.

Débris recueillis dans une ferme
Quelque temps avant le 8 juillet 1947, le fermier William « Mac » Brazel remarque des débris qu'il trouve étranges alors qu'il travaille dans un ranch à une centaine de kilomètres de Roswell. Brazel raconta au Roswell Daily Record que son fils et lui avaient vu « une large zone de débris brillants, bandes de caoutchouc, feuilles d'étain, un papier plutôt dur et des barres »

Le 7 juillet, Brazel confie au shérif Wilcox qu'il croit avoir trouvé une soucoupe volante5. Wilcox appela ensuite le major Jesse Marcel de la base de l'armée de l'air de Roswell et un homme en civil vint au ranch chercher les débris que Brazel avait ramassés. « Nous avons passé quelques heures le 7 juillet à chercher des morceaux de l'engin météo », déclara Marcel. « Nous avons trouvé d'autres bouts de caoutchouc et d'aluminium ». Ils essayèrent ensuite de ré-assembler l'objet mais Brazel dit qu'ils n'y étaient pas arrivés. Marcel apporta les débris à la base le lendemain matin. Comme décrit dans l'édition du Roswell Daily Record du 9 juillet 1947 : « Il n'y avait aucun signe de métal dans la zone qui aurait pu provenir d'un moteur, ni aucune trace de propulseur (...). Il n'y avait aucune inscription sur l'instrument, bien qu'il y eût des lettres sur certaines parties. Une longueur considérable de ruban adhésif et du ruban avec des fleurs imprimées dessus avaient été utilisés dans la construction. Ni corde, ni fil n'était visible, mais il y avait des œillets dans le papier qui indiquaient que quelque chose pouvait y avoir été attaché »

Un télex envoyé au bureau du FBI de Dallas, citait un major de l'Eighth Air Force le 8 juillet : « Le disque est hexagonal et était suspendu à un ballon par un câble, ballon de 6 mètres de diamètre environ. Il a été dit au major Curtan que l'objet trouvé ressemblait à un ballon météo à haute altitude équipé d'un réflecteur radar, mais cette conversation téléphonique entre leur bureau et la base de Wright Field n'a pas confirmé cette affirmation ».


Tôt le mardi 8 juillet, la base de l'armée de l'air de Roswell fit un communiqué de presse qui fut immédiatement relayé par de nombreux journaux10 :

« Les nombreuses rumeurs faisant état d'une soucoupe volante sont devenues réalité hier, lorsque le service des renseignements du 509e escadron de l'air force de la base de Roswell a pris possession d'un disque grâce à la coopération d'un rancher et du bureau du shérif du comté de Chaves au Nouveau Mexique. L'objet volant a atterri dans un ranch près de Roswell durant la semaine dernière. Sans téléphone, le rancher a conservé le disque jusqu'à ce qu'il puisse contacter le bureau du shérif, qui informa le major Jesse A. Marcel du 509e escadron de l'air force. Une action fut immédiatement lancée, et le disque fut récupéré au domicile du rancher. Il a été examiné à la base de Roswell, puis transmis à de plus hautes autorités. »

Le colonel William H. Blanchard, commandant du 509e escadron, contacta le général Roger M. Ramey de l'Air Force à Fort Worth, au Texas, et Ramey ordonna le transport de l'objet à la base aérienne de Fort Worth. L'adjudant Irving Newton confirma l'opinion de Ramey, identifiant l'objet comme étant un ballon météo et son réflecteur. Un autre bulletin de presse sortit alors, depuis Fort Worth, décrivant l'objet comme étant un « ballon météo ».


Deux jours plus tard, à Fort Worth, plusieurs photographes de presse purent prendre des photos des débris. Ces débris correspondaient bien à la description d'un ballon et d'un réflecteur. Ramey, le colonel Thomas J. Dubose et Marcel furent pris en photo avec les débris. Brazel, le rancher, interviewé par le Roswell Daily Record, infirma la thèse militaire, déclarant qu'il avait déjà retrouvé des ballons météo et qu'il était sûr que ce qu'il avait trouvé n'était pas un ballon d'observation. L'affaire fut rapidement oubliée.

Théorie du complot
Les partisans de la théorie du complot, auteurs de nombreux livres, conclurent qu'un vaisseau extraterrestre s'était écrasé du côté de Roswell, que les passagers, certains peut-être encore en vie, avaient été récupérés, et que toutes les informations sur l'incident avaient été dissimulées. De nombreux livres, articles, documentaires télévisés et même une série télé ont rendu l'incident de 1947 si célèbre qu'au milieu des années 1990, les sondages, notamment celui publié par CNN/Time en 1997, ont révélé qu'une grande majorité des gens croyaient que les extraterrestres étaient venus sur Terre et plus précisément qu'ils avaient atterri à Roswell et que le gouvernement avait dissimulé les événements.

Arguments développés
Charles Berlitz et William L. Moore écrivirent le premier livre sur le sujet en 1980 et déclarèrent avoir interviewé plus de quatre-vingt-dix témoins13. Ils présentent le récit de Jesse Marcel qui décrit les débris comme « ne ressemblant à rien de fabriqué sur cette terre » (p. 28), suggèrent que le matériau récupéré par Marcel était d'une grande solidité et possédait d’autres qualités qu’aucune matière d’origine terrestre ne pouvait avoir (donc en opposition avec les rapports officiels), et introduisent l’idée que les débris récupérés par Marcel au ranch Foster ont été remplacés par des débris d’un ballon météo (p. 33 ; p. 67-69) pour soutenir la dissimulation. Marcel aurait posé avec les vrais débris, puis les pièces auraient été échangées et les autres auraient posé avec les débris échangés. Les livres de Randle et Schmitt14 défendent la même thèse.

Stanton Friedman et Don Berliner suggèrent une dissimulation par les hautes autorités de la récupération d’un ovni, en se basant sur des documents tels que les archives du groupe Majestic . Le FBI a reconnu que ces documents étaient faux. L'auteur prétend, suivant en cela la théorie du complot, qu'une agence gouvernementale haut placée aurait eu pour mission d’enquêter sur les extraterrestres découverts à Roswell et de garder ces informations à l’abri du public. Le livre suggère que pas moins de huit corps extraterrestres auraient été récupérés sur deux sites de crash : trois morts et peut-être un vivant au ranch de Foster, et trois morts et un vivant sur le site de Sorocco16 (p. 129).

Walter Haut représentant la base militaire de Roswell était à l’origine du communiqué de presse du 8 juillet 1947 annonçant la découverte d’un « disque volant ». C’est la seule implication que Haut ait reconnue dans des documents officiels.

Nouvelle arnaque à Roswell
Philip J. Corso sortit le livre The Day After Roswell à l'été 1997 et dans la préface, le président du comité des forces armées du Sénat signalait que Corso « était une personne intègre ». Le 6 juin 1997, le sénateur Thurmond a publiquement désavoué sa préface, expliquant que jamais Corso ne l'avait informé de l'orientation ovni du livre mais au contraire laissé croire à une autobiographie. Selon la revue Anomalies, il s'agit d'une « tentative délibérée de tromperie de Corso dans le seul but de vendre son livre ». Karl Pflock dénonce « les rêves égocentriques fébriles de Corso », qui se présente comme un as dans le domaine du renseignement et de la technologie et qui se trompe de manière flagrante dans sa description élémentaire des avions B-2, F-117 et Backfire. La récupération de mannequins anthropomorphes décrite par des témoins est revisitée par Corso qui rajoute moult éléments étranges : « ...(il) ouvrit la caisse de force et vit une créature non humaine flottant dans un grand conteneur vitré. Il pressentit qu'elle venait de l'espace. »

Récits des témoins
Selon Korff, les centaines de témoins interviewés par les auteurs de livres à sensation n'étaient pas en fait de vrais « témoins » de débris ou d’extraterrestres. La plupart de ceux-ci répétaient en fait les récits d’autres personnes et leur déposition eût été une inadmissible déposition sur la foi d'un tiers devant une cour de justice américaine, (p. 29). Sur les 90 témoins prétendument interviewés pour The Roswell Incident, affirme Korff, les témoignages de seulement vingt-cinq d’entre eux sont mentionnés dans le livre et seulement sept d’entre eux ont vu les débris. Parmi eux, cinq ont touché les débris (ibid.).

Karl T. Pflock, dans son livre Roswell: Inconvenient Facts and the Will to Believe paru en 2001, fait remarquer qu'un grand nombre de témoins ont voulu rester anonymes (p. 176). De ces 300 et quelques personnes, affirme Pflock, seulement 41 peuvent être « considérés comme d’authentiques témoins avec une expérience directe ou indirecte des évènements à, ou autour de, Roswell ou sur la base militaire aérienne de Fort Worth » et seulement  peuvent « être raisonnablement considérés comme ayant vu des preuves physiques, des débris récupérés au ranch Foster ». Parmi eux, affirme Pflock, seuls sept ont déclaré que les débris devaient venir d’une autre planète (p. 177).

En ce qui concerne les nombreux témoignages de ceux qui prétendent avoir vu des extraterrestres, des critiques ont identifié les problèmes avec ce type de témoignage, allant de la question de la fiabilité d’un témoignage indirect (Pappy Henderson, General Exon, etc.), aux plus sérieuses questions de crédibilité avec des témoins qui font des déclarations objectivement fausses ou bien des déclarations multiples et contradictoires (Gerald Anderson, Glenn Dennis, Frank Kaufmann, Jim Ragsdale), ou bien encore des confessions sur le lit de mort et des témoignages de personnes âgées et facilement désorientées (Maj. Edwin Easley, Lewis Rickett) (ch.3). Pflock, dans une publication de 2001, note que seules quatre personnes étant directement entrées en contact avec les corps ont été interviewées et identifiées par les auteurs sur Roswell : Frank Kaufmann, Jim Ragsdale, Lt. Col. Albert Lovejoy Duran, Gerald Anderson (p. 118). Duran n’est mentionné que dans une note brève dans The Truth About the UFO Crash at Roswell, alors que, pour les autres, leur crédibilité pouvait être mise en cause, selon Pflock. De plus, Pflock souligne que certains auteurs adhèrent à des témoignages qui ne conviennent pas aux scénarios qu’ils soutiennent. Frankie Rowe, par exemple, affirme plusieurs fois que son père, pompier, et son équipe ont été appelés sur le site d’un crash extraterrestre. Mais le même livre adopte d’autres récits qui décrivent une opération militaire top-secrète. « « Ces récits » font partie d'une approche du style « faire toutes les suppositions et voir celles qui marchent le mieux ».

Le premier problème avec tous ces témoignages, accusent les critiques, est qu’ils arrivent tous au moins trente-et-un ans après les évènements en question, et dans la plupart des cas, sont racontés plus de quarante ans après les faits. Non seulement les souvenirs aussi anciens sont d’une fiabilité douteuse, affirment les critiques, mais ils sont également influencés par les autres récits (cf. faux souvenirs induits). Finalement, les récits variables de Jesse Marcel, dont les soupçons concernant le fait que ce qu’il avait récupéré en 1947 n’était « pas de ce monde » avaient à l’origine éveillé l’intérêt pour l’incident, et ceux de Bill Brazel Jr, dont le père avait découvert les débris au ranch Foster, ont jeté de sérieux doutes sur la fiabilité de leurs déclarations.

Timothy Printy souligne que Marcel avait clairement identifié les pièces avec lesquelles il apparaissait sur les photos prises à Fort Worth comme des morceaux qu’il avait récupérés, des débris sur lesquels les sceptiques et les défenseurs pro-ovni s’accordent à dire qu’il s’agissait d’un ballon. « En fait », dit Marcel dans The Roswell Incident, « ces pièces peuvent ressembler à de l’aluminium et du balsa, [emphase dans le texte original], mais la ressemblance s’arrête là ». Et, « ils ont pris une photo de moi au sol en train de porter des débris métalliques parmi les moins intéressants… Le matériel sur cette photo provenait bien de ce que nous avions trouvé. Ce n’était pas une mise en scène ». Après qu’il lui eut été précisé que le matériel avec lequel il avait posé était des pièces d’un ballon, il modifia son histoire pour dire que ce matériel n’était pas celui qu’il avait découvert.

Des sceptiques comme Robert G. Todd argumentent que Marcel a embelli et exagéré son histoire, en affirmant par exemple avoir été pilote et avoir reçu cinq médailles de l’Air Force pour avoir descendu des avions ennemis, histoires qui se sont révélées fausses et son récit constamment modifié sur Roswell en est un autre exemple. Comme Marcel, Bill Brazel Jr. est coupable d’avoir embelli son récit original, accuse Printy. Comme Marcel, il ne fait à l’origine aucune mention des trous dans le sol mentionnés par la suite par d’autres personnes. Mais à mesure que se répandent des histoires au sujet de trous profonds où ont été récupérés les extraterrestres et leur vaisseau, les récits de Brazel changent si bien qu’à la fin des années 1980 il affirme : « Cette chose avait laissé une trace assez importante ici. Il a fallu un an ou deux pour que l’herbe revienne ».

Le journaliste Paul Mc Carty a enquêté pour le magazine Omni et a recherché l'énigmatique infirmière témoin de l'autopsie d'extraterrestre. Cette infirmière n'a jamais existé. Son enquête confirme le second rapport de l'U.S. Air Force

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par chantara le Dim 21 Fév 2021 - 12:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://geneaucorinne.wixsite.com/monsite
chantara
Founder & Team Manager
Founder & Team Manager
chantara

Nom : Agent Dana Scully
Messages : 20512
Date d'inscription : 09/05/2009
Age : 59
Localisation : entre ciel et terre

Affaire roswell  Empty
MessageSujet: Re: Affaire roswell    Affaire roswell  Icon_minitimeDim 21 Fév 2021 - 12:23

Documents militaires de 1948
Sur requête de l'ufologue William LaParl, dans le cadre du FOIA (Freedom of Information Act), près de 300 pages ont été rendues publiques, dont les minutes d'une réunion du comité scientifique de l'Air Force des 17 et 18 mars 1948. Howard Mc Coy, chef du renseignement de l'Air Materiel Command à la base aérienne de Wright-Patterson dit notamment :

« Nous avons un nouveau projet (le projet Sign) qui [...] fait suite à ce que l'on avait appelé "l'hystérie collective" de l'été dernier, lorsque nous avons eu tous ces objets volants non identifiés ou disques. [...]. Si vous saviez ce que nous serions prêts à donner pour que l'une de ces choses s'écrase quelque part, que nous puissions voir de quoi elles sont faites. »

C'est à Wright-Patterson que serait emporté la carcasse de n'importe quel engin ennemi, russe ou alien. Howard Mc Coy aurait été au courant si un engin alien s'était écrasé à Roswell

Le colonel Mc Coy adressa le 8 novembre 1948 un communiqué au major C.P.Cabell, directeur du renseignement de l'Air Force, et mentionna à trois reprises qu'il n'existe aucune preuve physique d'un crash de soucoupe volante. Le 23 septembre 1947, le lieutenant général Nathan Twining adressa un courrier au brigadier général George Schulgen, officier des services de renseignement au Pentagone, qui fait référence à la collaboration entre le Génie et les services de renseignements à Wright Field et Patterson, de manière à découvrir la nature des mystérieux objets volants. Selon Kent Jeffrey : « si le génie possédait une épave de soucoupe, non seulement les services de renseignement l'auraient su, mais ils en auraient été impliqués de bout en bout dans l'analyse de l'épave et dans l'évaluation de la menace que celle-ci pouvait représenter pour la sécurité nationale


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Expériences militaires de 1947
En 1947, les États-Unis entamaient les premières étapes de la Guerre froide avec l’Union soviétique ; furent donc mis en place de nombreux programmes militaires secrets pour espionner les Soviétiques, et plus précisément leurs programmes nucléaires. L’une des expériences qui furent menées à l’époque dans le Nouveau-Mexique sous l'égide de la New York University (NYU) était le Projet Mogul, destiné à détecter les essais nucléaires soviétiques grâce à l’envoi en haute altitude de grappes ou de trains de 20 à 30 ballons météo attachés à une ligne centrale portant quelques instruments et deux à trois cibles radar pour un poids total de 55 livres. Ces ballons en néoprène standard puis en polyéthylène gonflés à l'hélium étaient envoyés en haute altitude depuis la base Alamogordo dans le Nouveau-Mexique. Ainsi assemblés ils transportaient deux cibles radar pesant une centaine de grammes en papier d'aluminium collées avec du papier adhésif sur des baguettes de balsa, puis ils retombaient au bout de quelques heures de vol dans un rayon d'une centaine de kilomètres de leur base de lancement selon les vents. En juin et juillet 1947, six lancers de ballons Mogul furent réalisés avant la découverte de Brazel. Tous les trains de ballons furent récupérés sauf deux : le vol no 4 du 4 juin et le vol no 9 du 3 ou 4 juillet.

853 rapports d'observations d'ovnis sont dénombrés en juin et juillet49. Certains, comme l’Air Force (p. 3), ont supposé que la plupart de ces « soucoupes volantes » étaient en fait des ballons météo mal identifiés.

Les sceptiques, comme B. D. « Duke » Gildenberg, ont considéré l’enchaînement des évènements tel que rapporté en 1947 comme correct : un ballon météo ou un appareil similaire est découvert dans un ranch et des personnes n’ayant jamais vu ce type d’appareil auparavant pensèrent que c’était une de ces « soucoupes volantes » décrites dans les medias. Quand les personnes qui connaissaient les expériences avec les ballons et les équipements virent le matériel, la confusion fut dissipée et une rectification a été publiée dans les medias.

Grâce aux rapports de l’Air Force décrivant précisément le Projet Mogul et grâce aux reconstitutions de vols de cette expérience avec les participants du projet, en particulier Charles B. Moore (Ch.3), des critiques, tel Korff, ont suggéré que les témoins avaient en fait décrit des passages de cette expérience. « La question est maintenant de savoir quel genre de soi-disant soucoupe volante extraterrestre pourrait être construite avec des morceaux de cerfs-volants, du ruban adhésif avec des symboles écrits dessus et des feuilles d’aluminium. La réponse est probablement aucune, mais ce sont précisément les matériaux principaux d’un appareil du Projet Mogul13 (p.155). » L'US Air Force et les sceptiques ont retenu comme probable d'abord le vol de ballons Mogul en polyéthylène (matériau nouveau à l'époque), vol no 9 lancé le 3 ou le 4 juillet, avant de se rétracter car ces ballons ne portaient aucune cible radar ou instrument susceptible d'expliquer le témoignage erroné de Marcel et d'opter dans le rapport publié en 1994 pour le lancement de ballons Mogul en néoprène (matériau très commun), vol no 4 du 4 juin (dont on ne sait s'il transportait des cibles radar). Or, d'après le journal de l'ingénieur Albert Crary chargé de la réalisation pratique de ces lancements de ballons Mogul, le vol no 4 a été annulé à cause d'un ciel nuageux.

Certains livres pro-ovni suggèrent que les militaires hautement entraînés de la base de Roswell, Marcel particulièrement, ne pouvaient pas confondre de communs débris de ballons avec quelque chose « qui n’est pas de ce monde ». Ces débris étaient notamment constitués de feuilles d'aspect métallique, extrêmement légères, fines et résistantes qu'on ne pouvait couper, brûler ou déchirer et qui reprenaient leur forme initiale après qu'on les a froissées. Pour Marcel ces matériaux ne pouvaient provenir d'un ballon notamment en ce qui concerne un tissu d'aspect métallique poreux. Todd51 et le sceptique Timothy Printy soulignent également que le radar était relativement nouveau en 1947 et que, bien que la base de Roswell fût la seule base nucléaire sur la planète, elle n’était pas encore équipée de radar. La description de certains débris par des témoins évoque du matériel en rapport avec les radars. Par ailleurs, les cibles radar propres à l’usage des séries de ballons Mogul étaient nouvelles et n’étaient pas largement utilisées aux États-Unis à l’époque (p. 164). Cependant ces cibles étaient faites de matériaux très communs (feuille d'aluminium, baguettes de balsa, ruban adhésif). Il n’y a pas de preuve dans le dossier militaire de Jesse Marcel qu’il ait approché du matériel utilisé dans les séries de ballons mais on peut supposer bien évidemment qu'il aurait reconnu cependant des constituants aussi banals. Étant donné qu’il a identifié du matériel qui s’est révélé être un cerf-volant radar dans ce qu’il a retrouvé, les sceptiques pro Air Force affirment qu’il a probablement dû être embarrassé d’admettre plus tard qu’il ne connaissait pas ce type d’équipement. Il faut néanmoins souligner que Marcel a récolté une très grande quantité de ces débris et qu'il serait donc très étonnant qu'il ait pu confondre des morceaux de néoprène du fil nylon du ruban adhésif à fleurs et des feuilles d'aluminium éparpillés par le vent avec des débris si étranges qu'il crut bon de s'arrêter à son domicile pour les montrer aux membres de sa famille. De plus ces débris, très résistants, de différents types étaient dispersés en centaines de fragments comme par une explosion sur une surface d'un kilomètre de long et plus d'une centaine de mètres de large selon Marcel, donc bien plus large que ce qu'auraient pu couvrir les débris d'un train de ballons Mogul. Le général Arthur Exon, alors stationné à White Field et soutenant la réalité de l'engin extraterrestre, déclara à l'enquêteur Kevin Randle avoir, en juillet 1947, survolé le site et observé la zone de débris du ranch de Brazel et un profond sillon dans le sol qui contredirait donc l'atterrissage en douceur d'une grappe de ballons de 55 livres poussée par le vent.

Conclusions contradictoires et recherches discutables
Les critiques soulignent le fait que des événements appartenant à divers prétendus crash d'ovnis sur un grand nombre d'années sont parfois rassemblés en un seul événement (p. 66) et que trop d'auteurs sans esprit critique adoptent n'importe quel témoignage suggérant l'existence d'extraterrestre, et cela même quand les rapports se contredisent. Karl Pflock, qui a été un ardent défenseur de la thèse extraterrestre à Roswell, déclare : « Roswell est un exemple classique de triomphe de la quantité sur la qualité. Les partisans du crash d'une soucoupe volante… rassemblent tout ce qui semble soutenir leur thèse et l'empilent dans le tiroir « preuves » en disant « vous voyez, tout ce que nous avons là. Nous devons avoir raison ! Peu importe les contradictions. Peu importe l'absence de faits rapporté par des personnes neutres. Peu importe les absurdités » (p. 223).

Kal Korff pense qu'il y a de bonnes raisons pour certains de promouvoir la thèse extraterrestre à Roswell, alors que les chercheurs ne font pas leur travail correctement : « Le domaine de l'ufologie est constitué de personnes qui sont prêtes à tirer avantage de la crédulité des autres, particulièrement parmi les gens qui peuvent rapporter de l'argent. Le mythe de l'ovni à Roswell a rapporté beaucoup d'argent aux groupes ufologues, aux publicitaires, à Hollywood, à la ville de Roswell, aux médias (…) à côté de ça, le nombre de chercheurs qui utilisent les outils de la science et sa méthodologie est extrêmement petit » (p. 248).

Gildenberg calcule qu'en additionnant tous les témoignages, on arrivait à onze sites différents du crash3 et que toutes les informations mises bout à bout ne ressemblent que de très loin au témoignage originel de 1947. Certains témoignages pourraient même avoir été mélangés avec ceux de crash militaires qui sont survenus par la suite dans la région entre 1948 et 1950.

Charles Ziegler soutient la thèse que l'incident de Roswell a toutes les caractéristiques d'un conte populaire, un mythe moderne dans le sens littéraire du terme (p. 1,34). Il identifia six procédés narratifs distincts commençant avec « l'incident de Roswell » en 1980, suivi de la transmission par des conteurs qui façonnèrent l'histoire. Certains élaboraient autour de l'histoire originale et parfois ceux qui avaient été les premiers témoins finissaient par être rejetés par ceux qui devenaient les gardiens de l'affaire. D'autre finissaient par raconter l'histoire autrement et le processus reprenait. Tout en notant que certaines croyances de la culture ufologue demeuraient intactes (« Le gouvernement conspire et nous cache des informations sur le fait que les extraterrestres nous rendent visite »), d'autres croyances se modifient, reflétant les changements du mouvement. Le fait que le témoignage de Sheridan Cavitt ait été complètement occulté, lui qui pensait que les débris n'étaient rien d'autre que des morceaux d'un ballon météo, est une autre démonstration de la construction des mythes qui passe par le rejet des informations dérangeantes.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par chantara le Dim 21 Fév 2021 - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://geneaucorinne.wixsite.com/monsite
chantara
Founder & Team Manager
Founder & Team Manager
chantara

Nom : Agent Dana Scully
Messages : 20512
Date d'inscription : 09/05/2009
Age : 59
Localisation : entre ciel et terre

Affaire roswell  Empty
MessageSujet: Re: Affaire roswell    Affaire roswell  Icon_minitimeDim 21 Fév 2021 - 12:26

Développements récents
Changement de point de vue scientifique

Une des conséquences immédiates du rapport de l’Air Force sur l’incident fut la décision de plusieurs personnalités de la communauté ufologue de ne plus associer l’affaire à un vaisseau extraterrestre. Le rapport est la cause principale de cette décision mais une autre raison peut être trouvée dans la diffusion de documents secrets de 1948 qui montraient que de hauts responsables de l’Air Force à l’époque ne savaient pas ce qu’étaient vraiment les ovnis présentés dans les médias et qu’ils soupçonnaient l’existence d’engins d’espionnage soviétiques. En janvier 1997, Karl T. Pflock, un des plus importants partisans de l’hypothèse extraterrestre, déclara : « À partir de mes recherches et celles d’autres personnes, je n’ai aucune preuve absolue qu’une soucoupe volante se soit écrasée dans la région de Roswell ou dans les plaines de San Agustin en 1947. Les débris trouvés par Mac Brazel (…) sont des morceaux de quelque chose de très terrestre, certainement quelque chose en rapport avec le Projet Mogul (…) Les archives classifiées des correspondances et conversations entre les responsables de l’Air Force qui devaient enquêter sur cette affaire jusque dans les années 1950 montrent de manière limpide qu’ils n’avaient ni épave, ni cadavres d’équipage, bien qu’ils aient cherché de telles preuves. »

Kent Jeffrey, qui avait organisé des pétitions à l’attention du Président Bill Clinton afin de l’obliger à déclassifier les informations sur l’incident, conclut de la même façon qu’il était peu probable que des extraterrestres aient été impliqués dans cette affaire.

Un autre auteur de premier plan, William L. Moore, dit en 1997 : « Après une étude attentive et approfondie des développements récents de l’incident (…) je ne crois plus à l’explication extraterrestre pour cet événement »57. Moore était le coauteur du premier ouvrage sur l’incident de Roswell.




Déclarations diverses (XXIe siècle)
En 2002, la chaîne de science-fiction Sci-fi channel finance des fouilles sur le site de Brazel dans l’espoir de découvrir des débris que les militaires n’auraient pas trouvés. En février 2005, ABC diffuse une émission spéciale sur les ovnis dont l’animateur est Peter Jennings. Jennings présente le cas de Roswell comme un « mythe (…) sans le moindre soupçon de preuve ». ABC a accepté l’explication de l’Air Force que l’incident n’était que la conséquence de la chute d’un ballon-sonde du projet Mogul.

En octobre 2007, alors candidat aux élections présidentielles, Richardson s’explique sur sa demande de publication des dossiers du gouvernement sur l’incident de Roswell en disant que lorsqu’il était au congrès, il avait tenté d’obtenir des informations mais qu’il s’était vu répondre de la part du ministère américain de la défense et du laboratoire de Los Alamos que l’information était confidentielle. « Cela m’a intrigué, dit-il, le gouvernement ne dit pas la vérité autant qu’il le devrait et sur de nombreux sujets ». Il promet de faire publier les dossiers s’il est élu

Le 24 juillet 2008, dans une interview donnée à Kerrang Radio, Edgar Mitchell revient sur le crash de Roswell, qui a bien eu lieu selon lui, et affirme que les autorités américaines ont utilisé la technologie extraterrestre et dissimulé pendant 60 ans la réalité du phénomène. Le jour même l'interview est reprise sur Fox News Channel : « Un ex-astronaute déclare : les extraterrestres sont une réalité et la NASA est au courant ». L'information circule jusqu'en Australie, pour revenir en Angleterre, en première page de The Telegraph : « Un astronaute annonce : La NASA cache des extraterrestres ». Le lendemain d'autres médias importants comme The Guardian, The Enquirer couvrent également l'évènement qui fait la une de AOL News.

Le 12 juillet 2012, un ancien agent de la CIA prétend avoir découvert au milieu des années 1990, dans les archives de la CIA un dossier secret sur l'affaire Roswell avec des photographies qui attesteraient de la présence d'un ovni sur cette zone.

Richard Doty, ex-agent du bureau d'investigations spéciales de l'armée de l'air américaine, affirme avoir donné à dessein de fausses informations à de nombreux ufologues dans les années 1980 lorsqu'il était affecté à la base aérienne de Kirtland à Albuquerque dans le Nouveau-Mexique. Il affirme leur avoir transmis de faux indices d'extraterrestres capturés et de soucoupes volantes à l'intérieur de base militaires secrètes, ce qui aurait ravivé la légende de Roswell. Un documentaire de 2013 intitulé Mirage Men retrace son histoire et celles des ufologues qui ont interagi avec lui. Ces affirmations sont très débattues dans les cercles d'ufologie et le professeur de journalisme Keith Kloor (en) affirme qu'il est impossible de savoir s'il dit vrai, mais cite le journaliste scientifique et sceptique Brian Dunning (en). Selon ce dernier, le récit de Doty est en grande partie crédible et cohérent avec l'histoire. À la fin des années 1970 et au début des années 1980, l'avion furtif F-117 Nighthawk était encore secret, mais très opérationnel, et les espions soviétiques cherchaient désespérément des informations à ce sujet. Des « armées » d'ufologues s'étaient installés autour de chaque installation de l'armée de l'air depuis les années 1950, documentant, filmant et révélant leur trouvailles dans des conférences. L'armée de l'air aurait supposé, intelligemment, que les Soviétiques avait probablement infiltré la communauté ufologique pour voir ce que ces légions d'enquêteurs amateurs avaient trouvé. Elle aurait ainsi demandé à Doty, et probablement à d'autres personnes similaires, de fournir des histoires de soucoupes volantes capturées et d'ambassadeurs extraterrestres travaillant avec le gouvernement américain

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://geneaucorinne.wixsite.com/monsite
chantara
Founder & Team Manager
Founder & Team Manager
chantara

Nom : Agent Dana Scully
Messages : 20512
Date d'inscription : 09/05/2009
Age : 59
Localisation : entre ciel et terre

Affaire roswell  Empty
MessageSujet: Re: Affaire roswell    Affaire roswell  Icon_minitimeDim 21 Fév 2021 - 12:30

Documentaire de TF1 sur l'affaire de Roswell


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://geneaucorinne.wixsite.com/monsite
Contenu sponsorisé




Affaire roswell  Empty
MessageSujet: Re: Affaire roswell    Affaire roswell  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Affaire roswell
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Minuit :: X FILES - Dossiers Non Classés :: OVNI/UFO/PAN et EXTRATERRESTRES -Théorie--
Sauter vers: